L’humain au cœur de la digitalisation

Rendre obsolète ce qui était hier et accueillir la nouveauté est un vrai défi. Le changement nous fait prendre conscience des jours qui passent et de la réalité qui évolue. En mouvement perpétuel, il nous rappelle que rien n’est jamais statique, nous remettant ainsi devant notre fatal sort… En bref, il fait peur ! Pourtant, il est essentiel pour vivre dans notre société.  Et si il y a bien une chose qui évolue de manière exponentielle, c’est la technologie ! La digitalisation de notre société prend place partout : dans nos foyers, dans l’espace public, sur notre lieu de travail … Le rapport avec le consommateur, les méthodes de travail et d’organisation, la gestion des ressources… tant de choses doivent s’adapter et repenser continuellement leurs modes de fonctionnement. Alors que de nombreux métiers tendent à disparaître, d’autres se créés.

Mais alors quelle est l’avenir de l’homme face à toutes ces nouvelles technologies qui parfois nous dépassent ?

 

Innovation, Business, Information, Presentation, Graph

Que ce soit dans l’agriculture ou dans le secteur financier, l’innovation est présente partout. Pourtant, pour être innovant, il faut savoir remettre en cause, ce qui n’est pas chose facile ni évidente dans notre société. Les schémas, processus de pensée et les systèmes déjà établis, mais aussi être capable d’accepter le changement et la prise de risque.

Dans l’ère où l’intelligence artificielle se développe de plus en plus et où la productivité est la priorité, l’innovation s’impose dans tous les domaines de l’entreprise : gestion de projet, ressources humaines, processus de travail, capitalisation des connaissances, méthodes de management …. Ouvrir la porte à l’innovation, la comprendre, l’apprivoiser et l’utiliser est la clé pour se démarquer de ses concurrents.

Mais elle n’est pas suffisante.

Dans un monde qui bouge plus vite que ce que nous pouvons comprendre et où la compétition n’a jamais été si vive,  il est capital pour une entreprise de créer des nouvelles chaînes de valeur.

Pour cela, on garde les bases du marketing classique : 

  • L’unique selling proposition ou USP : offrir aux consommateurs un produit unique sur le marché. Mais cette option n’est jamais très durable et très vite la concurrence s’empare de votre idée et imite.
  • L’emotional selling proposition ou ESP, basé sur l’affect. Ne vendez pas un produit ou un service mais bien une émotion, une sensation qui accompagne l’achat du produit.
  • Enfin, la politique de prix est essentiel afin de rester plus bas que les autres.

Ce ne sont que les bases du marketing. Un autre paramètre essentiel à la réussite de votre entreprise est la fiabilité de votre chaîne de distribution.  Afin d’avoir un résultat optimal, il vous faut optimiser la totalité des étapes. En créant de nouvelles chaines de valeurs, vous augmentez la productivité tout en vous démarquant de la concurrence.

 

Paper, Business, Finance, Document, Office, Analysis

Face à une économie en perpétuelle évolution, il faut savoir s’adapter aux changements d’organisations, d’objectifs et de moyens. C’est alors que survient le change management, ou la gestion du changement. La gestion du changement permet de prévoir, d’anticiper et de préparer les ressources humaines et des organisations au changement organisationnel.  Il accompagne vers la transition et concerne la totalité des facteurs de l’organisation : utilisation des ressources, évolutions des processus, répartition budgétaire…  Pour une transition réussie, il est nécessaire de suivre un cheminement structuré, permettant de passer d’un état – déjà acquis dans la tête des uns et des autres – à un autre – nouveauté, changement, peur – pour une rentabilité concrète.

 

L’homme est au centre de la digitalisation, ou bien est-ce la digitalisation qui est au centre de l’humain ? Afin de mieux comprendre les enjeux de la digitalisation au sein d’une entreprise et d’y tirer profit au maximum, retrouvez-nous au congrès de business analyse IIBA GENEVA le 28 mars pour une conférence à l’approche humaniste.